Si on me touche, je n’existe plus